Depuis toute petite, je suis une princesse.

Mes costumes de carnaval, réalisés par ma maman, n’étaient que des robes de princesse. Je les portais d’ailleurs assez souvent à la maison, chez mes grand-parents, pour Noël… Partout où je pouvais être une petite princesse.

C’est donc tout naturellement que je me suis tournée vers ce style, le jour où il a fallu choisir une robe de mariée. Un beau volume en bas, mais pas d’effet meringue, pour montrer que je n’avais plus 7 ans. Erreur.

J’en ai essayé des robes de mariée, beaucoup, vraiment, mais sans succès. Ce moment frustrant où aucune robe ne nous va, en tulle, en mousseline, en organza… Rien. Le syndrome de la mariée à laquelle aucune robe ne va, qui se trouve moche, et qui du coup commence à psychoter sur son mariage qui pourrait être une erreur: « Si je ne trouve aucune robe, c’est bien que je ne veux pas me marier, c’est sûr ! C’est un message de mon subconscient ! »

Ne nous emballons pas. Recentrons-nous.

J’adore les nœuds dans le dos, c’est mon truc. Je trouve que ça embellit n’importe quelle robe, encore faut-il qu’elle ne soit pas trop chargée. Et alors que je choisissais quelle robe j’allais essayer dans un grand magasin, ma chère Taylor s’est arrêtée sur l’une d’elle tout à fait dans ses goûts, mais sur laquelle je ne me serais absolument jamais retournée ; c’est ainsi que CETTE robe a fait son apparition.

LA robe. Avec son énorme nœud dans le dos et ses petits boutons en tissus pour fermer le bustier (bustier dont je ne voulais catégoriquement pas au début), mais surtout avec sa forme totalement inattendue pour la princesse que je suis. Pourtant, elle était parfaite.

Bon ok, il faut que je vous prévienne : les boutiques n’ont en général qu’une ou deux tailles de robe (40 ou 42, en général), de ce fait, on se retrouve avec des robes qui ne nous vont pas, parfois trop grandes, parfois trop petites. Quand j’ai essayé LA robe, elle était trop serrée au niveau des hanches ce qui me faisait des petits plis assez disgracieux devant, et ma poitrine ne remplissait pas le bustier, qui bougeait à droite et à gauche à chacun de mes pas. A priori, on ne tombe pas sous le charme d’une robe qui ne vous met pas en valeur, d’autant plus quand c’est une forme qui ne vous intéresse pas.

Alors pourquoi ? Pourquoi elle m’obséda à tel point que, comme une droguée, je me repassais en boucle dans le métro, la vidéo tournée dans le magasin, pour observer ma prestance, ma démarche, mon allure et surtout ma féminité avec CETTE robe ?

Alors voilà, parfois on est une princesse, on a vécu toute sa vie avec une robe de princesse, puis un jour, on découvre qu’on est aussi une sirène…

(Bien sûr, vous comprendrez que je ne puisse pas mettre de photo de LA robe avant le grand jour, superstition oblige ! Le grand jour aillant eu lieu, je peux enfin vous la montrer)

Je n’ai pas fait faire ma robe dans cette boutique, car la merveilleuse couturière que j’avais trouvé m’inspirait tellement plus confiance ! Et je n’ai pas eu tort, elle est plus qu’une simple couturière de ma robe de mariée, avec le temps, elle est devenue l’amie avec laquelle j’ai eu envie de prendre des cafés, qui me donnent les meilleurs conseils du monde et qui me rassure en tout point ! Son nom : Ceremony Day. Go on, trust me.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *